8ème Festival itinérant de cinéma en plein air Afrikabok

6% Collectés:

15 Contributeurs

6%

380,00 € collecté sur 6 000,00 €

0 Jour restant

 rx1 2136
Contribuer

8ème Festival Itinérant Afrikabok 2016 - 25 février au 11 mars 2016

afrikabok

Pour sa 8ème édition, le festival Afrikabok, premier festival de cinéma d’animation au Sénégal, dressera du 25 février au 11 mars 2016 à nouveau son écran gonflable tout au long de la vallée du fleuve Sénégal. Multipliant les escales, la caravane du cinématographe longera le cours du fleuve, de Agnam Lidoube à Saint-Louis, faisant escale dans les villes et les villages.

Le parcours du festival va suivre le fleuve, véritable entité qui façonne la vie sociale des populations, et faire découvrir à nouveau le cinéma en plein air aux populations de l’ile à Morfil qui eurent la joie d’assister à nos projections en février 2014 et 2015.

montage écran gonflable

Au fil du temps, au fil du fleuve, ces images d’ailleurs apporteront les nouvelles d’un monde encore lointain, et pourtant si proches grâce au langage de l’image.


AU FIL DU FLEUVE


Le festival Afrikabok 2016 organise son itinéraire autour de l’île à Morfil.

Entre Galoya et Podor, le fleuve se partage en deux bras, sur plus de 100 km, le fleuve Sénégal au nord, le Doué au sud, ceinturant une ile qu’on appelle l’ile à Morfil. Celle-ci tire son nom du mot « marfil », ivoire en espagnol; on raconte, en effet, qu’au temps de la pénétration européenne, cette contrée était encore peuplée d’éléphants, et qu’on y trafiquait l’ivoire.

Cette île est un haut lieu historique et religieux. C’est dans le village d’Halwar qu’est né El Hadj Omar Tall, figure emblématique de la résistance au colon, et guide religieux qui fonda l’empire toucouleur et contribua à la diffusion de l’islam dans toute la région, en établissant sa suprématie sur les empires voisins. L’île garde de nombreuses traces de son passé glorieux : les mosquées dites « omariennes », construites en terre, dont la plus célèbre est celle d’Halwar, des tombes royales, un habitat ancien en banco, des sites naturels de grande beauté sur les rives des deux fleuves.

Aujourd’hui, cette région est en passe de muter profondément. Face aux exigences de survie, un très fort courant migratoire s’établit des rives du fleuve vers Dakar, et l’Europe, appauvrissant la force de travail locale certes, mais donnant lieu en même temps à une source de revenus issue des migrants. Misant sur une exploitation agricole « modernisée » de toute cette zone, les autorités sénégalaises, associées à celles des pays voisins concernés, regroupés au sein de l’OMVS, tentent de développer des cultures à grande échelle grâce au contrôle de l’irrigation facilitée par la construction de barrages sur le cours du fleuve.

pont fleuve

S’ouvrant sur un monde transformé, les riverains du fleuve, principaux concernés, ont soif de culture et de reconnaissance. Le choix de l’itinérance du Festival Afrikabok n’est donc pas fortuit. Parcourant ces territoires en y apportant des images, le Festival souhaite aussi mettre en valeur les richesses culturelles de ces populations, conviant à chaque escale les détenteurs du patrimoine culturel à participer à la fête, à rassembler les villageois autour de « leur » patrimoine.


LES OBJECTIFS

UN FESTIVAL LUDIQUE au bénéfice des populations

Apporter et véhiculer l’image animée aux populations qui en sont le plus souvent privées en se basant sur les outils du cinéma itinérant, mobiliser et impliquer les populations, les publics, les artistes dans la réalisation d’actions participatives, où les différentes communautés sont invitées à fêter chaque escale de la tournée ensemble, autour des films d’abord, mais aussi de griots, de danseuses, de conteurs, de troupes et d’ensembles traditionnels.

La lutte contre le PALUDISME et le DIABETE, l'EDUCATION et la SANTE

La diffusion de la série Buzz & Bite, de Firdaus Kharas, qui met en scène deux moustiques et s’accompagne de nombreux messages visant à promouvoir les bons comportements en matière de lutte contre le paludisme, traduite pour l’occasion en Pular, Wolof, Seerer et Diola, et la distribution de moustiquaires imprégnées tout au long du Festival illustre la vocation du festival à intervenir dans des actions de sensibilisation sur le plus grand fléau en terme de santé publique au Sénégal. Une information sur le diabète est également diffusée sur l’écran sous la forme d’un petit clip ; un dépistage est organisé au poste de santé dans la journée et une machine est remise . Ce combat vise principalement à appuyer les politiques publiques en vigueur et à venir en aide aux plus démunis.

Mise en valeur du patrimoine LA CULTURE DU FLEUVE

Renforcer l’intérêt pour la dimension patrimoniale des cultures du fleuve et favoriser ainsi la prise en compte des richesses culturelles de cette vallée au travers d’un tourisme sensible. C’est en effet, en proposant des alternatives économiques, en offrant un espoir de participer au développement local que la population de la vallée ne tournera plus son regard vers «les pays du Nord ».

Briser l’isolement, éduquer et favoriser la création d’emplois font partie des objectifs du festival.


L'OBJECTIF DE CETTE COLLECTE

Les fonds collectés serviront à l'association Afrikabok pour la rénovation du matériel afin de faire perdurer ce festival. Le but du Festival est avant tout pour les populations qui n'ont pas la chance de voir des films sur écran géant du fait qu'ils sont loin des villes et souvent ils n'ont même pas l’électricité. Le regard des enfants et des adultes devant la projection des films est absolument MAGIQUE.

Mais c'est aussi la possibilité de sensibiliser les populations qui ont peu accès à l'information sur le diabète et le paludisme qui touche de plus en plus de personne, par la projection de films de sensibilisations. Un film sur le diabète de 13 minutes et des petits films d'animation sur la paludisme , un programme ludique pour les enfants avec des films de Buster Keaton, Charly Chaplin et des films d'animation et ensuite le long métrage cette année Adama de Simon Rouby sortie en France fin octobre 2015 .

L'association est une petite structure qui fonctionne beaucoup en BROUSSE (région du Sénégal) et en plein air. Le matériel subit beaucoup de souffrance surtout avec le vent et la poussières, sables. Les fonds récoltés serviront donc à renouveler et restaurer le matériel de projection: videoprojecteur, toile de l'écran géant, nettoyage des enceintes...


THEME DU FESTIVAL 2016

  • Informer et débattre des effets de l'emigration
  • Valorisation du patrimoine
  • Traditions culturelles de la vallée du fleuve


LES FILMS AU PROGRAMME


    • ADAMA de Simon ROUBY (2015)

Adama, 12 ans, vit dans un village isolé d’Afrique de l’Ouest. Au-delà des falaises, s’étend le Monde des Souffles. Là où règnent les Nassaras. Une nuit, Samba, son frère aîné, disparaît. Adama, bravant l’interdit des anciens, décide de partir à sa recherche. Il entame, avec la détermination sans faille d’un enfant devenant homme, une quête qui va le mener au-delà des mers, au Nord, jusqu’aux lignes de front de la Première Guerre mondiale. Nous sommes en 1916.



    • YELA, UNE TRADITION MUSICALE DE LA VALLÉE DU FLEUVE SÉNÉGAL, film documentaire de Ibrahima Wane et Fatimata Ly.
    • AGNAM LIDOUBE, inauguration du festival.
    • LA VIE N'EST PAS IMMOBILE, d’Alassane Diago

La vie n'est pas immobile


Diffusion pour la première fois du film sur les lieux du tournage. Le réalisateur, originaire de ce village d’Agnam Lidoube, aborde les effets de l’émigration.





ORGANISATEUR DU FESTIVAL

Association AFRIKABOK

logo afrikabokL’initiative de ce festival revient à l’association Afrikabok, créée et présidée par Bruno Ventura, qui possède une grande expérience du cinéma itinérant de plein air, et qui met ses moyens au service du plus grand nombre. L’association conçoit, réalise et organise des projets liés au cinéma de plein-air itinérant ayant pour objectif d’éveiller et de responsabiliser les habitants du Sénégal aux facteurs risques liés à leur comportement par la projection de films documentaires, de dessins animés, de courts et de longs métrages. L’association fait aussi interréagir de nombreux artistes pour jouer, danser, exposer et raconter leur culture, développant un cadre ouvert d’échange et de dialogue interculturel et interdisciplinaire.


NOS PARTENAIRES

Partenaires


Cliquez pour modifier

Contreparties

  • 10,00 € ou plus

    Un grand merci pour votre soutient. Votre nom apparaitra dans le générique du documentaire retraçant le festival 2016.

    Choisir cette contrepartie
  • 15,00 € ou plus

    Contreparties précédentes + une affiche du festival.

    Choisir cette contrepartie
  • 20,00 € ou plus

    Contrepartie précédente + une carte postale du festival signé par les réalisateurs présent sur le festival ainsi que l'équipe du festival.

    Choisir cette contrepartie
  • 35,00 € ou plus

    Contreparties précédentes + un t-shirt au couleur du Festival Afrikabok.

    Choisir cette contrepartie
  • 50,00 € ou plus

    Pour votre participation vous recevrez un DVD du documentaire retraçant le parcours du festival 2016 et votre nom sera au générique.

    Choisir cette contrepartie
  • 100,00 € ou plus

    Vous recevrez un DVD du documentaire retraçant le festival et un T-shirt au couleur du Festival.

    Choisir cette contrepartie
  • 500,00 € ou plus

    L'équipe du festival sera ravie de vous accueillir 2 jours à Saint-Louis, dernière ville à recevoir le Festival Afrikabok. Vous assisterez à la projection de clôture du festival . Logement et nourriture inclus, billet d'avion à votre charge.

    Choisir cette contrepartie

FAQ

L'association Afrikabok existe depuis 2003 sous l'impulsion de Bruno VENTURA.

L'association conçoit, réalise et organise des projets liés au cinéma de plein-air itinérant ayant pour objectif d'éveiller et de responsabiliser les habitants du Sénégal aux facteurs risques liés à leur comportement par la projection de films documentaires, de dessins animés, de courts et de longs métrages.

Les fonds collectés serviront à l'association Afrikabok pour la rénovation du matériel afin de faire perdurer ce festival.

OBJECTIF 6000 €

  • Vidéoprojecteur : 4500 €
  • Ecran gonflable : 700 €
  • Nettoyage du matériel par un professionnel : 500€
  • Frais bancaire et utilisation du service Captain Crowd : 300€
  • Apporter le cinéma dans les campagnes
  • Diffuser un message éducatif relatif au Paludisme, au Diabète et au VIH Sida
  • Valoriser les arts et les traditions populaires
  • Sensibiliser les enseignants et les élèves au cinéma, au patrimoine culturel.